• Damien LAUNAY

Mot du jour : imprécation


1. Définition (Académie française) :

nom féminin

XIVe siècle, imprecacion. Emprunté du latin imprecatio,de même sens.


En résumé : on profère une malédiction contre quelqu'un.


1. ANTIQUITÉ. Prière solennelle destinée à attirer sur quelqu’un la vengeance, la punition divine ; malédiction solennelle. Vouer un assassin aux Furies en le chargeant d’imprécations. Une formule d’imprécation.

2. Par extension. Souhait de malheur formulé contre quelqu’un (le plus souvent au pluriel). Proférer des imprécations contre un adversaire. Se répandre, éclater en imprécations.▪ RHÉTORIQUE. Suite de malédictions proférées par un personnage de tragédie au comble de la fureur. Les imprécations de Camille contre Rome dans « Horace ».

3. Par affaiblissement (le plus souvent au pluriel). Paroles de reproches, de vindicte ou d’indignation. Il se répandait en imprécations contre la dégradation des mœurs.


2. Référence(s) :


Jules Verne.

Extrait de Nord contre Sud, paru en 1887.

Histoire : dans un contexte de guerre de Sécession, le roman raconte l'histoire d'un sudiste, James Burbank qui dirige une plantation en Floride, mais qui ne cautionne pas l'esclavage des noirs. Il va rapidement devenir la cible (tout comme sa famille et ceux qu'il protège) des autres habitants qui ne partagent pas ses opinions. Et notamment un certain Texar... qui réclame vengeance. Je n'en dis pas plus.

On le sait, une bande de sacripants la gardaient à vue, et leurs imprécations retentissaient incessamment devant la porte.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout