• Damien LAUNAY

Astuce auteur : homonymes

Dernière mise à jour : 21 juin 2020

Après les pléonasmes, les homonymes constituent de terribles pièges pour les auteurs. Pour rappel de la définition empruntée au site http://www.btb.termiumplus.gc.ca qui est vraiment bien fait (j'ai fouillé un certain temps pour trouver une définition qui me convenait) :


"Les homonymes sont des mots qui, bien qu’ils aient une orthographe ou une prononciation semblable, ont des sens différents.

On distingue deux catégories d’homonymes : les homographes et les homophones.


  • Les homographes


Les homographes sont des mots qui ont la même orthographe (autrement dit, qui s'écrivent de la même façon), mais qui se prononcent de manière différente. Le sens est aussi différent.

Exemple : couvent et couvent.

Couvent désigne la maison habitée par des religieux ou des religieuses et est aussi le verbe couver à la 3e personne du pluriel de l’indicatif présent.


Les filles du couvent couvent un mauvais rhume.


  • Les homophones


Les homophones sont des mots qui se prononcent de la même façon, mais dont l’orthographe est différente. Leur sens est aussi différent.


Exemple : Vers, Vert, Verre.


Vers désigne plusieurs choses, notamment la préposition signifiant « en direction de », l’unité rythmique en poésie ou un lombric (au pluriel).

Vert désigne une couleur.

Verre désigne une substance dure, cassante et transparente.


Le ver de terre rampait vers les débris de verre vert."


Voilà pour la définition qui m'a paru très complète.

Avec les pléonasmes, les homonymes peuvent vite devenir un casse-tête. La plupart des logiciels de correction les signalent, mais n'apportent pas de réelle correction. Ce sera à l'auteur de choisir le terme adéquat.


La forêt s’étendait sur plusieurs lieux. (1)


Dans cet exemple, l'auteur voulait-il vraiment faire référence à "lieux" ? et pas plutôt à une l'unité de longueur : "la lieue". Au pluriel en l'occurrence. Il faut avouer que ces deux homophones peuvent être piégeurs, surtout dans un roman d'heroic fantasy où le terme revient souvent.

Tous les logiciels, dont je dispose, sont tombés dans le panneau et n'ont pas signalé un risque de confusion dans la phrase (1).

Pourtant, c'était ce sens qui prévalait :


La forêt s’étendait sur plusieurs lieues. (2)


D'ailleurs, curieusement, si je soumets cette nouvelle phrase aux logiciels de correction, certains mentionnent maintenant un risque de confusion (j'ai peur de ne pas comprendre la logique...).


Bref, l'auteur est seul (à moins de faire appel à un correcteur "humain") et doit donc être particulièrement vigilant afin d'éviter ces pièges.


Petite idée : répertorier les homonymes qui figurent dans votre ouvrage au fur et à mesure de son avancée. Puis, utiliser cette liste lors de l'ultime correction (en recherchant et vérifiant chaque occurrence).

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout