• Damien LAUNAY

Actualité Masque du Voyageur : Interview sur overblog

Dernière mise à jour : 21 juin 2020

http://www.lireetdecouvrir.com/2020/03/decouvrez-damien-launay-et-le-masque-du-voyageur.html




Vous avez écrit une saga, comptez-vous vous arrêter à trois tomes ou y a-t-il d’autres tomes de prévus ?

Le troisième tome devrait clôturer la saga dont Thomas est le protagoniste.

Cependant, je pense sérieusement à un projet annexe qui est le fruit de discussions avec certains lecteurs/certaines lectrices. J’envisage notamment de raconter l’histoire d’un héros qui accompagne Thomas dans son aventure. Le monde est suffisamment riche pour cela, mais le plus difficile sera certainement de choisir le personnage qui est le plus intéressant dans ce contexte.

Je devrais aussi faire un choix sur la période : vais-je raconter l’évolution de ce personnage après la fin du « Masque du Voyageur » ou au contraire me concentrer sur la période qui précède cette histoire ? Ce n’est pas encore décidé.


Comment créez-vous vos personnages, sont-ils inspirés par votre entourage, ou sont-ils des créations ?

Contrairement à ce que pensent certains ou certaines, Thomas, le héros ou devrais-je dire l’antihéros, ne me ressemble pas. Je voulais que chaque lecteur puisse s’identifier à lui.

J’espère avoir pu retranscrire l’angoisse de ce Terrien démuni qui se retrouve, du jour au lendemain, privé de ses racines, de sa compagne, de tout ce qui compte le plus à ses yeux.

Faire partager cette émotion était l’un de mes principaux axes lorsque j’ai commencé à écrire ce roman.

Un autre était de transmettre cette part de rêve qui m'habitait.

En fait, la majorité des personnages sont le fruit de mon imagination. Cependant, il existe quelques exceptions. Notamment pour le mage, Assen, qui est empreint de sagesse, mais capable de malice : je me suis largement inspiré de deux proches aux caractères antinomiques qui ont beaucoup influencé ma vie, dans le bon sens.

Dans le tome II, pour l’un des personnages au tempérament très trempé, je me suis grandement inspiré d’un fidèle ami. Je me demande ce que donnera cette rencontre au cœur du roman… s’il se reconnaîtra.

Pour résumer, je me suis fixé des règles avec quelques rares exceptions…


Pour quel public conseillez-vous cette saga ?

Un public assez large. J’ai des lecteurs de tout âge qui ne sont pas nécessairement des fans de médiéval fantastique. Il n’y a finalement pas d’âge limite pour rêver.

L’intérêt du « Masque », je pense, est de ne pas complètement respecter les codes : sans trahir de secrets, on jongle entre deux mondes. Je m’évertue à créer continuellement le doute dans l’esprit du lecteur. Le tome II, qui multiplie les arcs, en est le parfait reflet. Il met l’accent sur cette connexion.


Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis tout jeune par intermittence, depuis 4 ans beaucoup plus sérieusement. J’ai commencé par la rédaction de scénarios de jeux de rôle que j’ai abandonnée par la suite pour me consacrer à mes études. Je lisais encore beaucoup à l’époque, mais l’écriture passait au second plan. Puis un voyage à Venise a tout changé. J’ai fait l’acquisition d’un masque qui me susurrait à l’oreille de raconter son histoire, ce que j’ai fait en rentrant sur Paris.

Le masque du Voyageur était né.

Cela n’a pas été un processus linéaire, car j’ai traversé de nombreuses phases de doute. Aujourd’hui encore, alors que je travaille sur le troisième tome, elles n’ont pas totalement disparu. Je les appréhende différemment, les utilise pour me dépasser.

Ma vie tourne dorénavant beaucoup autour de l’écriture, la lecture, du français que j’essaye continuellement de perfectionner.

7 vues0 commentaire